La cabane dans les bois

Publié le par Nadsat

http://www.streamiming.com/wp-content/uploads/2012/10/349063.jpg

 

La cabane dans les bois est un film réalisé par Drew Goddard, et sorti en 2011. Goddard - avec deux "d", on ne parle donc pas de l'ami Jean-Luc - a également participé à l'écriture du film en compagnie de Josh Whedon. Sur le CV du premier, on retrouve Cloverfield, qu'il a scénarisé pour JJ Abrams, ainsi que des épisodes de Lost ou d'Alias. Le second a quant à lui bossé sur Buffy contre les vampires et Toy Story ...

Drôles de parcours pour un drôle de film.

 

La cabane dans les bois, c'est l'histoire de 5 potes qui partent en week-end dans une cabane ... dans les bois. Bien évidémment, tout ne va pas se passer comme ils se l'imaginaient. Scénario classique de film d'horreur me direz-vous.

C'est là que le film surprend. Le montage va en fait permettre l'alternance entre les scènes du groupe de jeune et un groupe de scientifiques (?). Ces derniers vont en fait instrumentaliser la tuerie pour des raisons bien obscures ...

 

Les scénaristes du film d'horreur sont en fait ... les scientifiques. Whedon et Goddard se permettent donc de jouer avec les codes du film d'horreur avec le plus grand sadisme ; ce qui réjouiera les nerds du film d'horreur comme votre serviteur.

Ils iront même jusqu'à transformer les protagonistes en archétypes : Le sportif, la vierge, la blonde décérebrée, l'intello et le type perché. Ce dernier poussera d'ailleurs à une drôle de réflexion sur la drogue, puisque c'est son usage de la weed qui lui permettera de garder l'esprit clair dans tout ce bordel ...

 

Mais La cabane dans les bois est encore plus qu'un film méta, il en devient même un film sur le libre-arbitre. Comme le dit si bien l'un des bad-guys du film, ce sont les jeunes qui prennent les décisions. Sauf que le choix qu'on leur laisse est un faux choix. Une belle parabole qui pourrait fonctionner avec un tas de choses ... Les élections aux USA par exemple.

 

Pendant un peu plus d'une heure, le film reste jouissif. On s'amuse des codes du film d'horreur avec les scénaristes. Puis le film bascule. Changement de ton audacieux et assez subversif, mais malheureusement la réflexion finale est beaucoup moins fine que les précédentes.

 

On frole le classique du genre pour moi, dommage que ces 20 dernières minutes viennent ternir un peu l'ensemble. Mais peu importe, c'est un film que je recommande à tous mes cinéphages.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article